FP

[LATRIBUNE.FR] L’e-commerce de proximité aura son mot à dire

En croissance notable depuis le début du confinement, l’e-commerce est en train lui aussi, de muter et prenant une dimension plus sociale, en devenant aussi un élément complémentaire du commerce de proximité.

Essentiel ; plus que jamais dans le contexte de crise que nous vivons, c’est ce qu’est le e-commerce. Livreurs, préparateurs de commandes, tous sont les courageux acteurs d’une deuxième ligne, mobilisés pour le maintien de l’économie et pour la poursuite d’une activité qui permet à tous les Français de continuer d’accéder à des produits qu’ils estiment primordiaux. Leur action, nécessaire, nous oblige. Elle transcende la dimension longtemps perçue comme uniquement mercantile de ce commerce, pour lui donner une valeur sociale profonde.

Aujourd’hui, alors que le confinement et la situation sanitaire empêchent le contact, le e-commerce et a fortiori la livraison, deviennent des remparts contre l’isolement. Chacun peut, de manière responsable, grâce au maintien de ces services, continuer d’accéder à ses besoins, sans risque. Au-delà de la pure consommation, le e-commerce est bel et bien devenu progressivement l’un de nos derniers liens avec le monde extérieur.

Les chiffres de croissance du nombre de sessions en ligne sont édifiants avec une croissance de 13% selon ContentSquare pour la seule première semaine de confinement. Ils sont à corréler, bien sûr, avec une augmentation du nombre de livraisons. Le e-commerce tire donc assurément parti de la conjoncture, avec 2,5 millions de nouveaux clients selon Kantar, en devenant l’un des derniers portails de consommation encore accessible pour la population.

Conquête d’un marché nouveau

Et même s’il a longtemps été synonyme de mondialisation, nous voyons depuis maintenant plusieurs semaines/mois, poindre une évolution notable dans son rôle et de sa place dans notre quotidien, au cœur même de la cité. Accusé pendant de nombreuses années d’être synonyme de désertification commerciale des centres-villes, le e-commerce est un atout pour ces points de vente. Canal d’acquisition supplémentaire, accélérateur de ventes en drive ou livrées, le e-commerce peut bien au contraire les accompagner dans cette période et dans le futur. Les initiatives se multiplient en ce sens, et marquent déjà le pas de nouveaux usages de la consommation avec d’un côté de la proximité, du circuit-court, un retour au local ; de la simplicité, de la praticité, de la rapidité, de l’autre. La crise actuelle est d’ores et déjà en train de modifier fondamentalement nos comportements d’achats, et nos habitudes de consommation : si l’e-commerce en général prendra bien évidemment une place majeure à l’avenir, l’e-commerce de proximité aura, lui aussi, son mot à dire dans la conquête d’un marché nouveau.

Lire la suite sur latribune.fr

Partager cette news

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email