21374533

Coronavirus : « On livre entre 300 et 400 000 colis par jour »

« On fait en ce moment tous les jours de Noël, plus 20 % », estime Frédéric Pons, le président fondateur de Hopps Group, un opérateur postal privé de logistique et livraison pour le e-commerce. Invité éco de franceinfo lundi 20 avril, selon lui l’activité de l’entreprise a explosé avec « entre 300 et 400 000 colis livrés par jour ». Hopps Group innove aussi en se positionnant sur la livraison locale.

franceinfo : Est-ce que vous pouvez nous donner une idée de l’impact du confinement depuis la mi-mars dans votre activité ?

Frédéric Pons : On a un groupe qui se répartit en deux activités principales. Des solutions e-commerce d’un côté et des solutions médias courrier de l’autre. Sur l’activité e-commerce, on a une explosion des volumes de colis, qui sont dus à trois phénomènes. Le premier phénomène a été la fermeture des magasins et donc des relais. Ça a été un afflux considérable pour nous dans un premier temps. Le deuxième phénomène a été le retrait de La Poste sur à peu près la moitié de son activité. Ça aussi, ça a été une deuxième déferlante. La troisième est en ce moment où le confinement dure et forcément, les consommateurs achètent sur Internet. Ça a un effet assez exponentiel aussi pour nous, puisque l’on fait en ce moment tous les jours de Noël, plus 20%. On fait entre 300 et 400 000 colis par jour.

Comment un groupe comme le vôtre s’adapte pour répondre à la demande croissante de ses clients et à assurer la sécurité des salariés ?

On a la chance d’avoir plusieurs activités dans notre groupe. On a une activité qui explose : le e-commerce. Mais de l’autre côté, on a aussi une activité à l’arrêt qui est la distribution des prospectus et du courrier, puisque l’arrêt des magasins non-alimentaires a fait qu’on a perdu notre activité. Les magasins alimentaires, pour être très honnête, n’avaient pas tellement besoin d’attirer des gens dans leurs magasins, puisqu’il y avait une ruée. On a été contraints de mettre 17 000 salariés au chômage technique sur 22 000 salariés. On a fait un appel à candidatures pour transférer des effectifs dans l’activité e-commerce. D’ores et déjà, plus de 500 salariés ont été transférés soit dans la livraison de colis, soit dans la production, le tri dans nos entrepôts logistiques. Concrètement, la première chose a été de trouver des masques, des gants, des gels pour pouvoir équiper tous nos sites avec ces moyens, assurer aussi le respect des barrières. Ça n’a pas toujours été évident au début. Cela nous a aussi fait baisser notre productivité, bien sûr, mais surtout, ça a fait que les gens ont senti un rôle important, surtout dans cette phase où il y avait un certain nombre de défaillances. Donc la continuité de l’activité chez nous a été de 100%. Malgré les peurs, malgré tout ce qu’on nous a dit, le fait qu’on ait protégé nos salariés au maximum a fait que notre entreprise a continué à tourner dans des périodes où d’autres ont baissé les bras.

Lire la suite sur francetvinfo.fr

Partager cette news

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email